En ligne sur Eventive: le film UNE RÉVISION de Catherine Therrien

UNE RÉVISION, le premier long métrage de Catherine Therrien, est disponible en ligne du 21 février au 4 mars 2022.


Une révision:

Un film de / by Catherine Therrien, Québec, 2021, 93 min, avec Patrice Robitaille, Nour Belkhiria, Rose-Marie Perreault, Anne-Élisabeth Bossé, Pierre Curzi, Édith Cochrane. Denys Arcand a accepté de prendre part à l’équipe, pour aider à porter à l’écran un scénario écrit par Louis Godbout (Mont Foster) et le romancier Normand Corbeil, deux anciens professeurs de philosophie.

Synopsis: Étienne est professeur de philosophie au Cégep. Il est passionné par son travail et par la matière qu’il enseigne. Un jour, Nacira, une de ses étudiantes, conteste la correction qu’il a faite d’un de ses travaux. La jeune femme a intégré un extrait du Coran dans sa rédaction, même si les consignes interdisaient spécifiquement tout texte religieux. Voyant que son enseignant refuse de réviser sa note, elle fera une plainte officielle au département et son travail sera soumis à l’étude par un comité. Comme Étienne a déjà une note à son dossier, cette nouvelle entorse pourrait bien lui valoir une suspension. Jusqu’où est-il prêt à aller pour défendre ses convictions?

Synopsis: A philosophy professor at the Cegep, generally appreciated by his students, sees his values challenged when he crosses paths with Nacira, a diligent student of Muslim faith.

Il a été présenté dans le cadre des 28e Édition des Rendez-vous du cinéma québécois et francophone, dimanche le 20 février à 19h00 au SFU Woodward’s, 149 West Hastings Street, Vancouver, précédé d’un court métrage d’Annie St-Pierre, Jean-Marc Vallée, 2015, 4 min (ONF).


À propos du film Une révision:

« C’est un film sur le clientélisme en éducation, je le considère comme une critique du système d’éducation dans lequel la pluralité des points de vue n’est plus tolérée. C’est le triomphe du discours de l’inclusion à tout prix (…) ». (Entrevue avec Catherine Therrien, Radio-Canada).


« En portant à l’écran un scénario écrit par Louis Godbout (Mont Foster) et le romancier Normand Corbeil, deux anciens professeurs de philosophie, la réalisatrice Catherine Therrien, qui compte en outre à son actif les séries District 31 et Fourchette, propose un récit palpitant sur le plan des idées, et parvient à éviter les nombreux pièges qui se posaient devant elle. Sans aucun manichéisme, elle laisse la part belle aux échanges, tout en illustrant aussi les angles morts qui surgissent dans les visions respectives des protagonistes, tout autant que les nôtres. » (LaPresse)


«Confusion entre les combats, entre les sujets, amalgames, la société que nous montre cette Révision ne voit que ce qu’elle veut voir et le voit où elle veut le voir. Ce scénario brillant, soutenu par une mise en scène maîtrisée bien que chiche en originalité, ne vous laissera pas sortir indemne. » (LeDevoir)


« La grande force d’Une révision réside dans les conversations que le film va susciter après le visionnement. Chacun des spectateurs aura sa propre position dans ce dilemme, et on prendra plaisir à se questionner sur ce qu’on aurait fait si on avait été dans la situation d’Étienne. En ce sens, Therrien fait un excellent travail pour ne pas imposer sa propre vision des choses : elle brosse un portrait nuancé de la situation en s’assurant de présenter les deux côtés de la médaille, un peu à la manière d’une professeure de philosophie qui cherche non pas à nous faire adhérer à une idée, mais plutôt à éveiller notre esprit critique. » (Cine-Histoire)


L’avis de CINEMANIA :

D’abord connue pour son travail à la télévision (District 31, Fourchette, et récemment Virage), la cinéaste québécoise Catherine Therrien offre ici son premier long-métrage de cinéma. À ses yeux, UNE RÉVISION est avant tout un hommage au monde de l’enseignement, et à ces professeurs qui peuvent changer une vie. Un drame fondamental sur l’importance de la communication, qui milite admirablement en faveur de davantage d’écoute et de dialogue sur la sphère publique tout en s’érigeant contre la pensée unique. Pour la cinéaste, qui a fait appel à plusieurs comédiennes issues de la relève – Nour Belkhiria et Rose-Marie Perreault en tête – le récit est surtout porteur d’un message fort adressé à la jeunesse : celui de ne jamais arrêter de se poser des questions. Un premier film soigné, notamment porté par des échanges de dialogues profonds et subtils. À noter les performances toutes aussi exceptionnelles de Patrice Robitaille, Anne-Élisabeth Bossé et Pierre Curzi.