En ligne sur Eventive: le film C.R.A.Z.Y de Jean-Marc Vallée (version restaurée)

Visions Ouest Productions dédie la 28e Édition des Rendez-vous du cinéma québécois et francophone à Jean-Marc Vallée, réalisateur et producteur. La version restaurée de son film C.R.A.ZY. est présentée en ligne du 21 février au 4 mars sur Eventive.


C.R.A.Z.Y. :

Un film de / by Jean-Marc Vallée, Québec, 2005, 129 min, with Michel Côté, Marc-André Grondin, Danielle Proulx, Émile Vallée.

Synopsis: Né le 25 décembre 1960 dans une banlieue de Montréal, Zachary est le quatrième des cinq fils de Gervais et Laurianne Beaulieu. Tandis que sa mère décèle en lui un don de guérisseur, son père en fait vite son préféré. Mais cette complicité prend fin brutalement lorsque le bourru Gervais surprend le gamin affublé d’une robe de femme. À l’adolescence, raillé par son frère aîné, le toxicomane Raymond, Zachary lutte contre ses pulsions homosexuelles, notamment en sortant avec sa voisine d’enfance, bien qu’il se sente attiré par le petit ami de sa cousine préférée. Un incident ambigu avec ce dernier lors du mariage de son frère Christian provoque une crise familiale, qui incite Zachary à partir pour Jérusalem, à la recherche de lui-même.

Synopsis: Teenager Zachary Beaulieu is confused about his sexuality and is in conflict with his Canadian-Catholic upbringing which alienates his father Gervais and confuses his mother Laurianne. Forcing himself to like girls, Zachary also has to cope with his older brothers, who don’t make his life any easier but when he finally accepts his true feelings, will his family still accept him?

Il a été présenté samedi 19 février 2022 à 14h30 au SFU Woodward’s, 149 West Hastings Street, Vancouver, précédé d’un court métrage d’Annie St-Pierre, Jean-Marc Vallée, 2015, 4 min (ONF).

À propos de la restauration de son œuvre, Jean-Marc Vallée déclare : « Si vous avez l’occasion de revoir C.R.A.Z.Y., je vous souhaite simplement d’être ému comme je l’ai été récemment quand j’ai revu le film pour planifier la sortie de sa version restaurée. »

« Acclamé par le public et la critique, le film a remporté 11 prix Génie et 13 prix Jutra.»

Biographie de Jean-Marc Vallée

Après des études de cinéma à l’université du Québec à Montréal, Jean-Marc Vallée projette de devenir cinéaste. C’est d’abord par la réalisation de ses trois courts métrages, Stereotypes, Les Fleurs magiques et Les Mots magiques qu’il commence à affirmer son talent. Avec Stereotypes (1992), véritable cortège de références cinématographiques, le jeune metteur en scène rend un remarquable hommage aux grands classiques du cinéma américain. Il adopte en revanche un ton beaucoup plus personnel et autobiographique pour Les Fleurs magiques (1995) et plus tard Les Mots magiques (1998), dans lesquels il explore les relations père-fils. Ce premier essai derrière la caméra lui vaut de nombreuses récompenses, parmi lesquelles trois prix au festival international du court métrage de Montréal et un autre au festival de Sundance.

Le succès inattendu de son premier long métrage de fiction Liste Noire (1995) amène ensuite le cinéaste à distribuer le film dans plusieurs pays. Cette première victoire l’entraîne aux Etats-Unis où il tourne deux films avec l’acteur Mario Van Peebles : Los Locos (1997) et Loser Love (1999). Après ces deux productions à petit budget, il s’embarque dans la mise en scène de la série télévisée The Secret Adventures of Jules Verne (2000). Au cours de ces années, il prépare une grande œuvre dont le récit chevauche les années 1960 à 1970, qui s’inspire de sa propre jeunesse et de celle de son co-scénariste François Boulay : C.R.A.Z.Y.. Voulant dans un premier temps réaliser le film aux Etats-Unis, Jean-Marc Vallée se laisse finalement convaincre par son ami Michel Côté, ancienne vedette de Black List, de tourner au Québec. Ce dernier obtient par la même occasion l’un des meilleurs rôles de sa carrière, interprétant le personnage du père.

En 2005, après dix années d’effort, C.R.A.Z.Y. sort enfin et permet à Jean-Marc Vallée d’obtenir un succès tant public que critique. Il fait par ailleurs connaître l’acteur Marc-André Grondin qui, enfant, a joué dans Les Fleurs magiques. Fort de cette nouvelle notoriété, le metteur en scène se voit confier par Martin Scorsese la réalisation du film historique Victoria : les jeunes années d’une reine (2009). Sur un scénario de Julian Fellowes (Gosford Park), cette production met en vedette Jim Broadbent, Miranda Richardson, Rupert Friend et Emily Blunt. Avec le drame Café de Flore en 2012, il renoue avec un registre plus intimiste, en mettant en scène les destins croisés d’une jeune mère parisienne et d’un DJ, entre le Paris des années 60 et celui d’aujourd’hui. Forte et déterminée, Vanessa Paradis y campe le rôle d’une mère prête à tout sacrifier pour le bien être de son enfant trisomique.

L’année suivante, il réalise Dallas Buyers Club, drame inspiré d’une histoire vraie. Alors que les médecins lui donnent 30 jours à vivre, Ron Woodroof, diagnostiqué séropositif à l’âge de 35 ans, décide de se battre contre l’industrie pharmaceutique qu’il juge trop passive. Le réalisateur québécois s’offre pour l’occasion un casting américain de premier choix : Matthew McConaughey, Jennifer Garner et Jared Leto.