À l’affiche au Printemps des Rendez-vous: La nuit des rois

Philippe Lacôte, France, Côte d’Ivoire, Québec, Sénégal, 2020, 93 min, avec Bakary Koné, Steve Tientcheu, Issaka Sawadogo

Synopsis: Un jeune délinquant est amené à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA), qui a la particularité d’être officieusement dirigée par un détenu, le Dangôro. Ce dernier, connu sous le nom de Barbe Noire, sait que la maladie mine son autorité et qu’il devra bientôt mettre fin à ses jours, comme l’exige la règle. Dans l’espoir de repousser cette échéance, Barbe Noire décide de raviver un anicien rituel et désigne le nouveau venu comme « Roman », personnage chargé de divertir l’assemblée. Tandis que la nuit se lève et que dans le ciel luit la lune rouge, les captifs entrent dans une frénésie incontrôlable. Objet de l’attention de tous, Roman devra puiser dans son imagination pour raconter une histoire dont la chute, s’il souhaite rester en vie, ne pourra survenir qu’une fois l’astre éteint.

Synopsis: When a young man is incarcerated in Côte d’Ivoire’s largest prison, La MACA, he finds himself entering a world as dangerous and complex as the one he was navigating on the outside. While ostensibly overseen by a team of rundown guards, the prison is really ruled by Blackbeard (Steve Tientcheu). On his last legs, and seeing his power waning, Blackbeard makes one final play to maintain his power over the prison: on the night of the red moon, he designates MACA’s newcomer “Roman.”

Le film sera disponible pour visionnement sur Eventive du 6 au 26 mai 2021.

« Un fils, drame poignant doublé d’un fort suspense, en dit autant sur les liens qui unissent un homme et une femme que sur une société tunisienne qui se fissure de partout. Magnifiquement interprété et filmé avec une belle retenue, voilà un superbe long métrage. » (Le Soleil).

« Un couple qui explose dans une course contre la montre poignante. Un remarquable premier film porté par un superbe duo d’acteurs. » (Premiere.fr)

Critique de Stéphane Bureau à écouter ici « Un fils, un film qui marie avec brio le social et l’intime »